22/06/2008

Fin de cette Mini -South- Fastnet


Avec la remise des prix de hier soir qui a cloturé cette édition 2008, le Fastnet de cette année, exceptionnellement lancé sur un parcours sud, a encore montré une flotte d'un niveau très élevé, tant en proto qu'en série.
Sandrine sur Hamtaro, Camille et Mathieu sur Groupe Setec, et Ben' et Alain sur Kalonig finissent respectivement 27, 29, 30. La saison n'est pas fini pour tous,les minis étant actuellement en convoyage vers La Rochelle dans les petits airs de la Bretagne Sud, ils ont passé le Raz de Sein vers 12h30 aujourd'hui.
Bientot le récit d'Hamtaro, Groupe Setec, et Kalonig

20/06/2008

Yemaya prend donc la 8ème place !

Yemaya, Fab et Damien prennent donc une excellente 8ème place en arrivant à 19h14, comparé au niveau très homogène et élevé du plateau en série. Après avoir occupés les 5 premières positions, la fin de course a du être plus difficile pour expliquer ce petit rétrogradage. D'autres infos bientôt concernant Kalonig, Hamtarao, et Groupe Setec..

Les raisons de l'abandon d'Atchiki, Yves, et Fred

Lundi, après midi peu après 16h, et après les avoir quittés, Yves et fred cassaient leur bout dehors.
Après la bouée de dégagement, à 70° du vent réel, puis un peu plus abattu, les premiers protos mettent le gennak, direct les vitesses passent à deux chiffres, le premier série, T-Mobile avec Hervé, récent vainqueur de la Transat, envoie à leur tour, Il tombe un peu sous le vent mais le tienne quand même. les autres séries tardent un peu, mais envoient à leur tour, c'est serré, très serré.. Yves et Fred choisissent de monter un peu avant d'envoyer. Et c'est parti, gennak, GV 1ris, toujours serré quand même, mais ça le fait. Premier problème, le bloqueur de drisse, sous la pression, lâche une première fois, gennak à l'eau, Fred le remonte à la drisse, impossible autrement. Un peu chaud pour le matos quand même. Et ce qui arrive souvent en mini sous gennak, le tangon part sous le vent, et c'est le tube en deux, plié horizontalement, et non vers le haut comme quelque fois celà arrive. Récuperer les morceaux, ranger la voile en mylar en vrac. Yves a son tube de spare à Dz, 15 milles aller, 15 milles retour, la rep' à faire, le calcul est vite fait: s'ils repartent avec seulement 50 milles de retard, ce sera le minimum. Yves partait pour sa première grosse course mini, Fred comme outsider et visait les 5, super heureux de naviguer avec un série au top... Bref ces deux là très très déçus de cet abandon si rapide sont abattus.. Retour en soirée donc sur Douarn' bien calme tout à coup, et le lendemain sur LR avec JP, le papa de Fabien encore sur place. Prochaine course pour Yves, la Mini Médoc, mais en solo cette fois. A suivre.

19/06/2008

Les gens de Mer

Les ministes, autant que les plaisanciers, sont des gens de mer où la solidarité est très présente quel que soient les enjeux, encore ce matin, on en a pu en voir l'exemple, brève parue sur le site du Winches Club:
Parole a perdu sa quille...

Arnaud Le Gal et Benoit Champanhac (Parole - proto 276) ont perdu leur quille dans la nuit. Les soucis ont commencé vers minuit : "le voile de quille s'est ouvert en deux, et la quille s'est fait la malle..." expliquent-ils brièvement. Le bateau a chaviré, les deux navigateurs se sont réfugiés sur leur coque retournée.

A 8h12 ce matin, Arnaud et Benoit ont envoyé une fusée de détresse. Les deux marins ont très rapidement été récupérés par Cyril Hoebler et Benoît Coville (Mini Explorer - série 512). Tout va bien pour eux, ils terminent le parcours à bord de "Mini Explorer".


Le canot SNSM "Margodig" de Loctudy qui a pri en remorque Parole fait actuellement route vers son port d'attache.

Première Victoire pour Faber France et Thom Ruyant !


C'est à 3H18mn que Thomas Ruyant et Yann Riou sur le proto 667 Faber France ont franchi la ligne d'arrivée de cette 23e Mini-Fastnet qui a vu la flotte des concurrents mettre cap au sud. Si la décision de changer le parcourt n'est jamais facile à prendre, le temps qui règne actuellement en mer d'Irlande a amplement validé le choix du comité de course. Thomas et Yann ont passé l'occidentale de Sein sous gennaker avec un vent assez soutenu qui va mollir pour le reste de la flotte. Un empannage a d'ailleurs eu raison de leur balise qui a disparue dans les flots. "Une fin de parcours d'anthologie à fond les ballons" ont-t-ils déclaré...!Près de 3 heures après Thomas Ruyant et Yann Riou (Faber Franc) un groupe de 4 bateau vient de franchir la ligne d'arrivée de ce Mini Fastnet 2008 : Matt Trautman/Bert Schandevyl (419 - Shaya Moya) en 2e position, Etienne Bertrand/Hervé Devic (719 - Senor Blue) 3e, Rémi Aubrun/Vincent Barnaud (630 - Profil Composite) 4e, et Henri-Paul Shipman/Vincent Sauleau (716 - Maison de l'Avenir - Urbatys) à la 5e place.

Source Winches Club

18/06/2008

Cartouche du soir..


Ben oui, parlons peu mais parlons bien, ce soir, cette nuit, ça va pas être facile facile là bas. Pendant que vous, sagement installé devant Russie-Suède, la chaussée de Sein va leur donner un ptit aperçu des bastons d'hiver dans ces coins là: 30 knts fichiers, donc plutot 40 dans les risés, de la mer, en général croisée due au courant, heureusement petit coeff seulement 66-69 avec une marée haute demain matin peu après 6h, donc basse vers minuit. Les minis devraient, s'ils passent après minuit, avec le jus, ce qui devrait limiter la mer, mais bon.. Pensez y sous votre couette,imaginez vous les yeux rougis par deux jours sans trop de sommeil,le stress acumulé par cette folle descente sous spi, le sel qui vous bouffe la peau, le soleil aussi, cette remontée accroché à la barre pour négocier au mieux ce renforcement du vent pour ne pas laisser s'échapper les collègues, ce petit feu clignotant dans la nuit qui disparait dans la houle,et pour finir donc ce coup de baston sur ces pavés mal fammés.. pensez y cette nuit..

Prochain Way Point: l'Occidentale de Sein


Après le passage hier soir devant la Gironde, la longue remontée a donc commencé dans le calme tout d'abord puis en allant vers le vent fort annoncé ce soir sur la Bretagne. Peu de bateaux se sont beaucoup décalés vers l'Ouest, seul Faber France est sur l'ortho, le paquet de protos suivants étant juste à coté de Yeu. En série , même constat, la flotte est groupée, course de vitesse donc. On peut s'intérroger un peu sur la perte de Fab et Damien cette nuit: englués dans les calmes alors que les autres touchaient de l'air? meilleurs réglages.. meilleurs voiles..Fabien nous avait parlé d'un certain déficit de speed à cette allure au Trophée MAP.. on en saura plus à l'arrivée, rien n'est jamais fini et ils pointaient ce matin à la 11ème place. Kalonig étant quand à lui aussi tombé un peu sous le vent et pointait en 19ème place. Et dans les bateaux de série "première génération" Sandrine accroche la 26ème place, Mat' et Camille en 31ème position. A cette allure de travers, les carènes étroites ne sont pas favorisées d'où cette différence de vitesse. Le but: prendre du plaisir et finir: la preuve en a été l'an dernier lorsque Hamtaro a fini en solo cette terrible Transgascogne sans problèmes, de même pour Groupe Setec.

17/06/2008

Classement à la BXA

A cette fameuse bouée, au beau milieu des protos, on retrouve Yemaya 8ème (au scratch! et 1er en série!), Benoit et Alain 23ème au scratch, et 13ème en série!
Décidement ces deux pogos2 sont vraiement bien nés: Yemaya alors Caliméro-Cultisol 1- aux mains de Grand Seb -Mesure-, 8ème de la mini 2005, et Kalonig 2ème lors de la dernière Transat alors qu'il s'appellait Cultisol -deuxième du nom- avec Steph Lediraison..Pour l'instant pas de communiqué de passage pour Sandrine, Matthieu et Camille. La nuit va être longue!

Le Point Météo du Soir


Après avoir enroulé la bouée BXA, la flotte va donc devoir remonter vers Sein tout d'abord dans un flux faible de NO de 5-10 knts, mais qui devrait tourner Ouest puis SO dans la nuit léger tout d'abord, 5knts tout au plus jusqu'à Yeu puis se renforçant jusqu'à 25-30 knts la nuit prochaine sur la pointe bretonne. 2 options vont peut être se dessiner: à terre pour bénéficier pendant cette première nuit d'une brise thermique nocturne de NE alors qu'au large la deuxième option serait d'anticiper cette bascule au SW en se décalant dans l'ouest..réponse au premier pointage demain matin.

Juste un peu plus de 24h..

Et vraiement pas grand chose de plus pour descendre les quelques 250 milles !
4 bateaux ont donc viré la bouée BXA

Thomas Ruyant sur Faber France en tête aux alentours de 15h40, Rémi Aubrun, à environ 15h55, et HP en 3e position.pas de news des séries pour l'instant, dans la soirée seulement.
Va s'en suivre une longue remontée vers Sein au près puisque le vent est pour l'instant orienté NW à 15-20 knts, mais devrait passer W cette nuit en mollisant un peu.
Par ailleurs, on note l'abandon de Dany et Seb sur le Pogo2 674, qui visaient un deuxième podium après le trophée MAP, ils se dirigent vers Bourgenay, en Vendée.

Positions à 6h40 TU


Premier levé de soleil sur la flotte qui a passé ce matin l'ile d'Yeu. Une nuit de glisse sous spi à plus de 9knts de moyenne, bref ce qui motive pendant les longues journées de chantier d'hiver.



Thomas Ruyant mène la flotte en proto, suivi du 419 et de HP sur son beau proto Lombard tout fraichement mis à l'eau, le 716.
Et en série:
Yemaya 5ème
Groupe Setec 23ème
Hamtaro 30ème

Les infos du matin

Les premiers à vue de Yeu, beaucoup d'abandons dont des ténors comme Erwan Leroux sur Gedimat, ainsi que Yves et Fred sur leur Tip Top! pas de raison pour l'instant,à suivre rapidement.
Pour l'instant Fab et Damien sont 4ème, Mat et Camille 20ème, Sandrine 30ème, Benoit toujours pas localisé..à 2h40 TU


Météo à Yeu à 3h TU: 6knts dans le Nord, mer belle. Environ 10-15knts mais s'orientant plutot Nord Ouest dans la journée.

Màj, 10h30: Yves et fred ont abandonné suite à la rupture de leur bout-dehors, ils sont rentrés à Douarn'

16/06/2008

La Mini-Fastnet version Girondine est donc partie peu après 15h

Et comme à peu près prévu, les 72 bateaux ne partiront pas plein nord mais plutot vers le sud, direction donc la Bouée BXA devant l'embouchure de la Gironde via un petit passage sur le Pont d'Yeu (entre Vendée et l'ile d'Yeu donc)à la descente, et le tour de la Chaussée de Sein en remontant. La descente va donc être full speed sous spi puisque le vent devrait rester vers le secteur nord, ETA prévue à la fameuse bouée vers 0h mercredi matin, soit près de 33heures pour descendre, autant dire que quelques quilles vont vibrer...Matos donc mis à rude épreuve en double où on peut facilement tirer sur le bateau alors que l'autre se repose. Deux bateaux ont déjà abandonné ce soir, le joli proto 629 "Solidaires" de Louis Mauffret qui a dématé et le proto 625 "La Ligue contre le Cancer" qui rentre au port de Dz
video

Aux environs de minuit, Rutabaga (Bongo 9.6 de l'organisation) était avec la tête de flotte à environ 18 milles à l'Ouest de Belle-Ile.. Comme prévu, ça arrose !

Départ sur le parcours Sud, vers la bouée BXA à 15h

Le comité de course a donc pris la décision ce lundi de faire partir l'ensemble des 72 bateaux vers l'embouchure de la Gironde cet après-midi. La faute à la météo annoncée en Mer d'Irlande mercredi. Pas de Fastnet encore cette année donc, mais une belle course en perspéctive.Des news en fin d'aprem'..

15/06/2008

La fameuse météo capricieuse


Voici donc à ce que pourrait ressembler la météo en Manche-Mer d'Irlande dans la nuit de mercredi à jeudi. Wait and See..

Bis Répetita ..?..



Dimanche 15 Juin, dernier briefing avant le départ du Fastnet. Depuis quelques jours, sur les pontons de Tréboul, les bruits courent, cette année, 3 parcours ont été prévu, au cas où.. L'organisateur se fait attendre, 11h15, 30.. ça sent l'hésitation.. Philippe annonce donc que le départ initialement prévu à 15h ce jour n'aura pas lieu, à cause, comme l'an dernier, d'une météo difficile mercredi-jeudi prochain, 30-35 knts fichier de sud-ouest à la redescente du fastnet, décision sache donc du comité qui forcement ne fait pas plaisir à tout le monde, bref, prochain briefing demain 11h pour la suite du programme. Journée du dimanche avec un petit parcours en baie pour certains, bricolage pour d'autres donc..
Les deux autres parcours possibles, en plus du Fastnet, sont un aller-reour à Wolfrock, où un parcours carrèment Sud avec la bouée BXA devant l'embouchure de la Gironde qinsi que les nombreuses iles de la côte bretonne ou vendéenne à contourner à babord/ou tribord.. Bref rien ne semble fini, et en espérant qu'un départ sera donné demain, sur quelque parcours qu'il soit.

12/06/2008

H-48h avant le prologue du Fastnet


Alors que les 76 bateaux du Mini fastnet sont Dz en vue des contrôles sécu, de la finalisation de l'inscription etc.. certains commencent dèjà à regarder la météo de la course qui promet d'être compliquée: rotations, molle, vent soutenue.. cela nous promet une belle course!
A suivre sur le site du Winches Club

VS17 dans la course:
Série Pogo 1 Hamtaro FRA 236 Sandrine Bertho
Série Pogo 2 Yemaya FRA 483 Fabien Sellier
Série Pogo 2 Kalonig FRA 539 Benoit Laurière
Série Tip Top Atchiki 2 FRA 596 Yves Poirier et Frédéric Roux
Série Super Calin Groupe Setec FRA 219 Matthieu Galland et Camille Durand
Proto DeLion Groupe Un FRA 606 Donatien Carme

09/06/2008

Retour sur la Select de Masoco.. par Xavier lui même dans le texte


Je n’avais pas prévu initialement de participer à la course en solo «Pornichet Select 6.50», mais étant donné les injonctions et le soutien de mes entraîneurs, Marc Reine du Pôle Voile de La Rochelle et Fred Roux de l’association Voiles Solitaires 17 (VS17), je me décidais à y participer.
Je me lançais à fond dans les préparatifs, c’était déjà la course avant la course . En effet, je devais mettre à jour mon bateau au niveau matériel de sécurité,  acheter et faire coder une balise de détresse, obtenir de l’Agence Nationale des Fréquences ma nouvelle licence, convoyer mon bateau et bien d’autres choses encore. Tout cela alors que j’étais en déplacement une semaine pour un stage de ma formation. Je remercie donc mille fois Ludivine, membre active de mon association «Xavoile» qui a fait un super boulot pour me permettre de partir à temps! Merci, merci, merci…
Convoyage
J’ai donc convoyé mon bateau au départ de La Rochelle vers Pornichet le 23 avril dernier. C’était ma première navigation en solo sur le Masoco Bay. Il ne fallait rien oublier pour la course et aller vite pour arriver à temps pour les inscriptions. Lorsque je quittais le ponton cet après-midi là, c’était à la voile, en tirant des bords véloces vers la sortie du port, le cœur léger, mais plein d’espoir. Cette première course en solo serait à elle seule toute une aventure, mais aussi le début d’une grande histoire qui me mènera jusqu’à la transat en solitaire.
Le 23 avril, je mets les voiles vers Pornichet.
Arrivé à Pornichet, l’accueil est chaleureux, les «ministes» sont adversaires, mais toujours solidaires, à terre comme en mer. Avec les partenaires d’entraînement, Fabien Sellier et Henri Meyniel, on s’applique à faire les courses, on plonge frotter nos carènes, on prend la météo et on prépare la navigation. La première partie du parcours promet d’être primordiale, il faut passer Belle Ile en tête sinon on sera largué, c’est sûr!
Le parcourt de la Select 6.50
Départ dans la Baie de La Baule-Pornichet, on contourne Belle Ile et les Birvideaux en les laissant à gauche, on descend jusqu’à Bourgenay en dessous des Sables d’Olonne en laissant l’île d’Yeu à gauche, on remonte jusqu’à l’île de Groix que l’on laisse à droite, puis retour à Pornichet, soit environ 300 milles nautiques.
La course
Le départ
Le départ a eu lieu le 26 avril à 14 heures. 57 solitaires étaient sur la ligne de départ, 15 prototypes et 42 séries comme moi. Le vent, variable faible, nous posa déjà des problèmes pour passer la bouée de dégagement située à 500 mètres de la ligne de départ, si bien que lorsque j’ai passé cette bouée, beaucoup de bateaux s’étaient déjà échappés. Vers 16 heures, le vent nous permit enfin de nous dégager de la baie de Pornichet.
La première nuit et le passage de Belle Ile
A la tombée de la nuit, à l’approche de Belle Ile, le vent mollit de nouveau, la flotte se regroupa, c’était le moment de reprendre l’avantage. J’étais bien décidé à choisir les bons coups et c’est ce que je fis. Dans un premier temps, suivant mon intuition, je tirais des bords à droite de la flotte. Cela me permis de passer plusieurs fois des groupes de 5 ou 10 bateaux. Je choisis en suite de me placer à gauche de la flotte, du coté de Belle Ile, pour que l’île me protège du courant qui portait dans la Baie de Quiberon.
Mentalement, c’était très dur, j’étais le seul à choisir cette option et pour y aller, je devais tirer des bords en travers de la route directe… Très risqué, mais ça peut rapporter gros... Pour me conforter dans mon option, je me rassurais, le vent devait rentrer au Nord Ouest et là où j’allais, je serais le plus au Nord Ouest, donc je toucherais le vent en premier.
Au petit matin, j’étais là où je voulais et j’avais nettement pris l’avantage. Hormis un prototype qui avait profité des dernières risées de la veille pour prendre 2 heures d’avance, j’étais en tête de la flotte, je me félicitais de mon option, d’autant plus que le Nord Ouest attendu pourrait à coup sur me permettre de filer sans attendre mon reste.
Mais Eole n’en avait pas décidé ainsi, le Nord Ouest ne se leva pas tout de suite et une petite risée (du sud) profita à un petit groupe de bateaux qui étaient à droite.
Je passais donc les Birvideaux (Nord de Belle Ile) en neuvième position et le Nord Ouest se levait enfin.
La grande descente sous spi:
La descente jusqu’a l’Ile d’Yeu ne réservait pas de surprise, 15-20 nœuds de vent, 10 nœuds de vitesse sous grand spi. Mais après, en route vers Les Sables d’Olonne et Bourgenay, cela devenait plus technique.
La nuit du deuxième jour de course tombait en même temps que le vent forcît. En s’approchant de la côte, la mer devenait hachée et croisée. Les manœuvres s’imposaient.
Le premier empannage fut difficile, le spi a failli s’emmêler autour de l’étaie, mais je réussis à le dégager et à reprendre ma route. Au deuxième empannage, je me rendis compte que je commençais à subir le contre coup de la première moitié de la course, j’avais dormi seulement une heure en 36 heures ! J’amenais donc le grand spi et je renvoyais le petit. C’était parfait, dans cette mer hachée, le bateau était beaucoup plus maniable et il allait toujours aussi vite ( 12-13 nœuds en surf ).
A la barre de mon bateau, je sentais toute la puissance qui s’en dégageait, je négociais chaque vague pour débouler toujours plus vite vers cette bouée enfouie au fond de la nuit et matérialisée par un simple chiffre sur le GPS. C’était un vrai moment de bonheur (et de stress). J’aperçus enfin la marque, je négociais mon affalage et relançais mon bateau au près pour la grande remontée vers l’Ile de Groix.
Bascule de vent: où sont les concurrents?
Après le passage de la bouée de Bourgenay, j’avais saisi quelques bribes de météo à la VHF, il était annoncé une bascule de vent au Sud Ouest. Après une rapide réflexion, j’en conclus que:
1 - Il fallait se placer au large par rapport à la flotte.
2 - Si la bascule avait lieu avant le passage de l’Ile d’Yeu, il ne fallait surtout pas aller trop au large, sinon c’était du chemin parcouru pour rien.
3 - J’estimais (à tord) que la bascule n’aurait pas lieu avant le passage de l’Ile d’Yeu, prévu en 5 ou 6 heures.
4 - J’avais depuis longtemps prévu de dormir après le passage de la bouée.
Je choisissais donc de partir au large et de dormir, non pas sans avoir veillé le croisement d’un cargo à 50 mètres devant. Je calculais le moment de me réveiller pour virer de bord et faire cap direct pour passer l’Ile d’Yeu.
A mon réveil, je virais de bord, je faisais le bon cap pour passer l’île, mais 10 minutes plus tard, un front nuageux passait au-dessus de moi et le vent basculait au Sud Ouest… Fatalité… Le jour se levait et je ne voyais aucun bateau autour de moi.
Je m’appliquais toujours autant pour faire bien avancer le bateau, mais avec une certaine rage due à mon erreur d’être allé trop loin au large. Je me demandais combien de bateaux avaient pu passer et le doute subsista jusqu’à la fin de la course. Je compris seulement plus tard, de retour à terre, en étudiant les pointages que la perte n’avait pas été si grande que je le pensais initialement.
Plus tard dans la journée, je me retrouvais bord à bord avec le pogo 2 N°599 sans savoir que nous étions à la deuxième et troisième place. Je pus cette fois encore me rendre compte des qualités de mon bateau, puisque quelques heures plus tard, je l’avais distancé, je ne le voyais plus que très loin derrière.
A la tombée de la troisième nuit, je passais l’Ile de Groix.
Anniversaire… et démâtage…
Une fois passée l’Ile de Groix, c’était la dernière portion de course. La nuit était profonde, je naviguais vent de travers avec ma grand voile et mon génois, tous deux arrisés. Je fonçais à neuf nœuds vers le passage entre les lumières de Belle Ile et de Quiberon.
Je profitais d’un moment de répit pour ouvrir mes cadeaux d’anniversaire. Il ne me restait plus qu’une heure pour fêter ça ce lundi 28 avril. J’avais d’abord été très ému de voir que les amis m’avaient caché deux petits paquets dans Masoco (qui devaient exploser si je les ouvrais avant le 28). J’eus donc le plaisir d’écouter de la musique sur un petit baladeur mp3 et de me régaler d’un super bon gâteau napolitain (avec ses bougies).
Mais la course ne me laissait pas beaucoup de répit et il fallait que je pense à distancer le feu de nav du bateau qui était derrière et à rattraper celui qui était devant. A ce moment là, je ne connaissais pas ma position par rapport aux concurrents et j’étais loin de penser que le bateau que je rattrapais petit à petit depuis deux heures était le premier ! Je pensais qu’il était cinquième ou dixième et ma rage de le dépasser n’en était que plus grande. Je préparais alors la « nav » et le plan d’attaque idéal.
La route à suivre pour l’arrivée tournait progressivement du sud-est à l’est, on allait donc finir au portant. Pour me permettre de porter le spi plus tôt, je pouvais continuer un temps tout droit sous foc et GV, puis faire route directe sous spi, plutôt que de suivre la route et tourner progressivement.
A ce moment là, je n’avais dormi que trois heures en deux jours et demi de course et je savais que d’envoyer le spi jusqu’à l’arrivée épuiserait mes toutes dernières forces et ferait monter le stress au niveau maximum. Je profitais donc de ma dernière demi-heure de répit pour me reposer.
Vint le moment d’envoyer le spi. Lorsque la voile se gonfla, je pris tout de suite la barre en gardant l’écoute de spi à coté de moi.
Le bateau prit de la vitesse, 9 nœuds, 10 nœuds, 11 nœuds, 12 nœuds, 12 nœuds et demie, soudain un grand bruit sec se fit entendre, le bateau en entier vibra et le mat bascula en avant. Les poulies de bastaque s’étaient rompues. Le mat était cassé en trois parties, il gisait dans l’eau, le bateau non manœuvrant roulait tristement au rythme de la houle. Enorme fatalité, grand désespoir de coureur au large, voir tout son investissement, en mois, en année, en argent, en énergie et en volonté s’effondrer en une seconde devant soi…
Fin de la course et gréement de fortune
C’était une énorme fatalité, mais je l’acceptais et je pris tout de suite les choses en main. Je passais un appelle de sécurité à la VHF en signalant la position de mon bateau non manœuvrant. Je dégageais mon gréement et essayais de le remonter à bord ce qui m’apparu complètement impossible. Il coulait lourdement à coté du bateau et au moment où je pris la décision de le larguer, la drisse qui le tenait attaché au bateau se sectionna.
Je m’employais en suite à mettre en place un gréement de fortune avec mon tangon et mon tourmentin pour reprendre ma route vers l’arrivée. Je la franchis à huit heures du matin en douzième position des bateaux de séries.


Les commentaires des concurrents et des amis ont été assez chaleureux pour me remonter un peu le moral:
-Douzième pour une première course en solo, ça aurait déjà été une bonne place avec tout ton gréement!
-Finir une course sous gréement de fortune c’est la marque des grands!!
Les leçons à en tirer
Je tire quelques leçons de cette première course en solitaire
-Je suis maintenant sûr d’avoir bien choisi mon domaine. Pendant toute cette course en solitaire, je me suis senti bien, en phase avec la mer, avec mon bateau, capable de dépasser mes propres limites.
-Je serai la prochaine fois plus attentif à la position de mes concurrents pour mieux estimer les gains et les pertes de mes options.
- Je m’étais donné comme objectif d’aller toujours vite, je pense que c’est un objectif prioritaire pour faire un bon résultat, j’étais cette fois ci à 90%, la prochaine fois ce sera 110%.
-J’ai aussi compris qu’il fallait se vendre un peu pour être mieux médiatisé sur le site de la course et cela sera encore plus vrai lorsque j’aurais des partenaires.
Prochaine course de Xav et Masoco, l'Open Sail avec Jean Marc Allaire, du Figariste en Mini, ça va envoyer!!

07/06/2008

The Résults




Donc voici le classement, incomplet pour l'instant.
-Fab 9ème en série : superbe course avec quelques erreurs seulement mais surtout un gros déficit de vitesse au près face aux bateaux ayant des voiles neuves..
-Benoit 19ème en série : super content, la MAP était sa première course solo, donc en rodage !
et bien sûr Matthieu, 24ème série
-Dona a abandonné à la Chaussée de Sein.

Podium de cette MAP 2008


Les premiers protos sont donc arrivés hier soir, peu après 21h: Erwan Leroux l'emporte, suivi de Thomas Ruyant et Steph LeDiraison.
En série, première victoire pour Dany sur son Pogo2 zébré de rouge suivi de Francisco, puis Tran-Ber sur le 514! Fab quand à lui fini sur une superbe 9ème place!
On attend de pied ferme les résultats finaux! Sinon rdv au Winches Club pour la remise des prix ce soir à 19h.

06/06/2008

Dernier pointage avant l'arrivée...

... et comme d'habitude sur les courses minis, la position des bateaux est très aléatoire: les leaders ont disparu, seul restent assez bien marqués les séries avec le 607 qui gardait toujours la tête, Fab restant dans les 5, même si certains bateaux de sont plus positionnés..pas de news pour Dona, et Benoit, Mathieu se stabilisant en milieu de flotte depuis ce matin...résultat à l'arrivée! au portant! après le passage de nuit à la bouée Basse Vieille devant le Cap de la Chèvre, sans panneau par contre!

Les premiers à l'occidentale de Sein



La tête de flotte est en train de passer la chaussée de Sein, avec environ 15knts de NW, le retour vers Dz via la Basse du Lys va être rapide ! Steph pour un deuxième podium? Erwan Leroux? Thomas Ruyant? wait and see..La bataille en série s'avère aussi dure, même si Francisco semblait avoir un "peu" pris l'avantage hier en fin de journée, les écarts sont redevenu minimes aujourd'hui! suspense toujours!!
Arrivée prévue ce soir.

Mi course, 24h après le départ..


La flotte s'est un peu étalée sur l'axe Nord-Sud lors de cette remontée vers Sein, options pour anticiper la rotation du vent ?? les jeux seront presque fait lors du passage de cette bouée devant les étraves des minis dans l'ouest de l'ile Sein. Ensuite ce sera de nouveaux de belles glissades vers la baie de Douarn'.
Steph et Erwan le Roux menent toujours la flotte, Thomas Ruyant n'étant pas localisé mais doit aussi etre dans le coup. En série Francisco tient la tete au peloton, Fab toujours dans les 10 , Dona aussi, mais en proto

L'option de la nuit ? Mistoufle ?


Au vue de la carte de 5h ce matin, deux grosses paquets se sont dessinés dans la nuit: la moitié de la flotte est dans les courreaux de Groix alors que le premier paquet a déjà passé la marque des Birvideaux, et remonterait déjà vers la chaussée de Sein. Ci joint la flotte à 5h. Fabien en série serait toujours dans le paquet de tete, toujours pas de position pour Benoit sur Kalonig, Mathieu était proche de la marque, Dona' dans le milieu de flotte. La nuit n'a pas dû être de tout repos, c'est à celui qui ferait le mieux glisser son mini, qui descendrait le mieux vers le phare, bref, les yeux doivent être rougis en ce début de course..

05/06/2008

Première nuit en mer pour les concurents du Trophée MAP



Les 65 ministes se sont élancés à 14h46 dans la superbe baie de Douarn' cet après midi. Premiers tricotages, premiers effets de pointes, premier passage du Raz de Sein et premiers écarts importants déjà. Vers 21H ce soir, les premiers protos passaient au large des Glénans alors que la fin de flotte était encore dans la baie d'Audierne. Une première nuit plutot au portant donc, 14 nds de NNW était relevés à Penmarch à 20h, le vent devrait rester dans ce secteur tout au long de la descente, la remontée vers la chaussée de Sein se fera donc au près, surtout avec la rotation au NW prévue..

Erwan Leroux menait la danse en proto suivi de Steph Lediraison, et Thomas Ruyant, bref rien de bien extraordinaire pour l'instant, les favoris sont devant, un petit trou a déjà été créé avec le groupe suivant où on trouve les premiers séries, dont Fab (2ème) sur Yemaya précédé par Francisco Lobato et suivi de très près par Nico Bunoust, mais les bateaux sont très serrés.
Déjà 3 abandons dont l'un des favoris, PYL sur son P2 543, sur problème de pilote...
A suivre..

01/06/2008

Compte à rebours pour le Trophée MAP



Dans quelques jours, jeudi à 13h très précisement, 75 minis, série et protos, prendront le départ du si réputé Trophée MAP, à suivre sur le site du Winches Club, tenu comme toujours par une superbe équipe de bénévoles!
Depuis quelques années, le Trophée MAP est une course attendu du circuit. Difficile, non par sa longueur, 210 milles environ, soit grosso modo 2 jours de nav, mais bien par les lieux si réputés qu'elle traverse: la baie de Douarn' bien sûr, le Raz de Sein par deux fois, l'Archipel des Glénans, l'Ile de Groix, le Phare des Birvideaux, la Chaussée de Sein et donc aussi la Mer d'Iroise. A ce parcours si difficile, vous y ajoutez des marées à plus de 90 de coeff, ainsi qu'une météo capricieuse d'un mois de juin, des effets de côte, et ça vous donne une dès course les plus somptueuse du circuit mini.

A suivre aussi et bien sûr Fabien sur Yemaya, Benoit sur Kalonig, Matthieu sur Groupe Setec, Donatien sur Groupe Un